Scénario pour un X-Men 4 / baal39 [FanFic]

Aller en bas

Re: Scénario pour un X-Men 4 / baal39 [FanFic]

Message par baal39 le Dim 11 Juil - 19:23

A la fin d’ X-MEN, Logan (Wolverine) part (sur la moto de Scott (Cyclope)) pour Alkaly Lake (lieu où il aurait jadis reçu l’adamantium qui recouvre son squelette) au Canada, afin de trouver des réponses sur lui même. Dans X-MEN 2, il revient d’un long séjour passé là-bas.

A Alkaly Lake, Logan aurait eu une altercation avec son clone, X-23 (une fillette de 11 ans cobaye du projet : « Arme X » réactivé, dont Logan fut également cobaye lui-même des années plus tôt).
…Seulement, il n’aurait pas fait mention de ce fait au Professeur Xavier lors de son retour à l’institut (dans X-MEN 2).

X-MEN 4 commence là :

Flash-back sur le combat entre Logan et X-23…puis, Logan se réveille en sursaut, s’assoit sur le rebord de son lit, s’essuie frénétiquement les yeux et…un autre flash-back fait irruption dans sa tête. Il (re-)voit la scène où Jean lui demander de la tuer (dans X-MEN 3) puis la (re-)voit morte dans ses bras quelques instants après.
Se remettant de ses émotions, il se lève, sort de sa chambre et entre dans la salle de bain d’à coté se rafraîchir la figure. Se regardant dans le miroir en se lançant un air coupable à propos de la mort de Jean, il lance un défi à son reflet. Sortant les griffes il se demande :
-Bordel ! Qu’est-ce qu’il m’arrive ?
Puis il baisse à nouveau la tête, ouvre le robinet, laisse couler l’eau et s’éclabousse un peu la figure. Relevant la tête il voit apparaître la silhouette de Jean juste derrière lui.
-Ne te sens pas coupable de ma mort lui dit-elle. Tu n’avais pas d’autre choix que de me tuer. Si tu ne l’avais pas fais, bon nombre d’humains innocents, et de mutants auraient péris.
-Pourquoi tu es là ? Qu’est-ce que tu me veux ? lui demande-t-il.
-Je ne suis que le fruit de ta conscience, lui dit-elle.
Il se défile finalement de la situation et retourne se coucher.





Le lendemain matin, en descendant dans la cuisine prendre un bon petit déjeuné, il repense aux rêves survenus pendant la nuit.
Arrivé dans la cuisine, il s’installe en compagnie de Kitty (ShadowCat), Bobby (Iceberg), Piotr/Peter (Colossus), Ororo (Tornade) et Hank (Beast)…quand soudain, Kurt (Diablo) fait irruption dans la pièce maîtresse du manoir.
Kurt est, depuis six mois, rentré d’un pèlerinage (ce qui expliquerait son absence dans X-MEN 3) en quête d’identité (comme Logan lors de son périple à Alkaly Lake à la fin d’X-MEN et au début d’X-MEN 2). Logan n’adresse pourtant la parole à aucune personne, plutôt occupé à se remplir l’estomac. Il chope, à l’aide de ses griffes un morceau de pain et demande tout juste à Bobby de lui rafraîchir la bouteille de jus d’orange qu’il venait d’attraper avec la main. Bobby voyant que quelque chose ne va pas s’exécute sans posé de question et s’attèle à un bon petit déjeuné.
Quelques minutes plus tard, Logan, après s’être bien rassasié, s’esquive, et va dans le grand salon en repensant (encore une fois) aux rêves survenus la nuit dernière….
Pendant ce temps, dans la cuisine, Kurt, qui prend son petit déjeuné en compagnie de Piotr/Peter , Kitty, Bobby, Hank et Ororo…aperçoit Malicia (Rogue) dans la salle de jeux et se souvient qu’il a des révélations à lui faire, des révélations qui les concernent tous les deux ; seulement, à ce moment, la cloche retenti ; les cours vont commencer pour nos jeunes élèves mutants. Ororo commence son cours d’histoire, à une classe d’environ quinze élèves.
-Bonjour tout le monde, dit-elle poliment à ses élèves.
-Bonjour professeur Tornade ! répondirent d’une même voix les élèves de celle-ci.
-Bien ! Je vais commencer le cours d’aujourd’hui par une période de l’histoire qui a tendance a être quelque peu oublié, leur dit-elle. Si vous avez des question je vous prierez d’attendre la fin de mon récit pour me les posées.
-Aucunes question pour le moment ? demanda-t-elle en regardant chaque rangée de table.
-Très bien, dit-elle.
Il y a très longtemps (environ 1000 ans) dans l’Egypte antique, des nomades firent une découverte incroyable et sans précédant. Leur chef tomba un jour, qui semblait comme les autres, sur un nouveau né enveloppé dans des langes sombres, noires, sales. Le chef, du nom de Baal (qui signifie « seigneur » en égyptien), avait remarqué que le nourrisson n’était pas comme eux, mais le pris sans condition sous son aile, l’adopta comme son propre fils et lui donna pour nom En-Sabah-Nur (qui signifie le « Premier »). En-Sabah-Nur grandit et apprit à se battre, se faire respecter, mais aussi qu’il n’était pas comme eux, qu’il était différent. Mais un jour, la colonie de nomades rencontra un peuple égyptien. Sur cette rencontre, une bataille s’engagea et Baal y perdit la vie. Voyant des hommes mourir sous ses yeux, En-Sabah-Nur se pris de colère. Mais, avant de rendre son dernier souffle, Baal lui inculqua ces derniers mots : « fait toi respecter car, seul les plus fort survivent ».
A partir de ce jour, En-Sabah-Nur se jura à lui même qu’il ne se rabaissera jamais aux humains et ne les épargnerai en aucun cas. Dans sa furie pour la domination de l’espèce humaine, il commit une faute d’inattention et se fit capturé et enfermé par l’ennemi dans un sarcophage…pour l’éternité. Jusqu'à ce jour plus personne n’entendit parler d’En-Sabah-Nur, son nom qui faisait trembler le monde à cette époque fut comme oublié depuis lors et son corps, enfermé dans un sarcophage, perdu pour toujours.
A la fin de son récit, Ororo demanda à ses élèves s’ils avaient des questions à lui poser. Elle fit un tour de classe d’un regard et en conclu que personne n’avait de question par rapport à l’histoire qu’elle venait de raconter ; puis… la cloche retentit de nouveau, signalant la fin de l’heure.
-Vous pouvez ranger vos affaires et je vous dis à cet après-midi. A l’heure du déjeuner, Logan, qui était rester tout la matinée dans le salon fut rejoint part Malicia.
-Quelque chose ne va pas ? demanda-t-elle.
-Non, non tout va bien, (il hésitait à lui parlé de ses rêves de la nuit passée) c’est juste que… . Logan n’eut même pas le temps de finir que quelqu’un avait sonner à la porte. La sonnette était tellement bruyante que Logan fut coupé dans son élan de raconté sa nuit agitée et finalement préféra ne pas en parlé à Malicia.
Les deux amis sortirent du salon afin de voir le visiteur. Bobby, qui passé non loin de la porte d’entrée à ce moment là, alla ouvrir. Une femme, dos à la porte, se tenait sur le palier puis se retourna en entendant la porte s’ouvrire.
-Bonjour jeune homme, je voudrais parler à un professeur c’est urgent lui dit-elle.
Logan qui sortait du salon avec Malicia s’arrêta brusquement car il fut interpellé par la demande de cette femme.
-Bonjour, s’interposa Logan. Je peux vous aider ? demanda-t-il.
Hum…heu...donnez-vous la peine d’entré, proposa galamment Logan qui venait de se prendre un coup de coude dans l’estomac par Bobby. Si vous voulez bien patienter un moment dans le salon. Il intercepta Ororo et Hank en les priant de le suivre ; ce qu’ils font sans plus attendre car ils ne reçoivent pas souvent de visites des parents des élèves de l’école et trouvent donc la situation plutôt étrange. La mystérieuse femme, qui s’était assise sur le sofa en attendant, se leva brusquement, dés qu’Ororo, Hank et Logan entrèrent dans la pièce. Tour à tour, elle leur tendit la main en leur adressant un triste « bonjour ».
Je m’appelle Moïra McTaggert dit-elle en se rasseyant. Je connais Charles, depuis longtemps. J’ai appris qu’il était décédé. J’ai eu une idylle avec lui et ai porté un enfant de lui : Kévin. Ororo, Hank et Logan étonnés que cette femme –qui leur est totalement inconnue – leurs parle de Charles, mais surtout écœurés par les révélations subites et sentant l’émotion et une forte tension montée au plus profond d’eux-mêmes par rapport à la mort de ce dernier encore trop récente ; Logan lui demande, d’un ton colérique, (ce qui se comprend parfaitement) pourquoi elle est venu leurs parlé de Charles maintenant qu’il est mort.
Je suis parfaitement consciente que je viens remué là de douloureux souvenirs mais il faut que vous sachiez qu’il est vivant.

[ à la fin d’ X-MEN 3, on voit une infirmière entrer dans la chambre d’un patient d’un hôpital.
L’infirmière entre et dit Bonjour.
Ce patient interpelle l’infirmière : Bonjour Moïra !
Celle-ci lui rétorque : Charles ? ]

Pendant ce temps, en Egypte, un groupe d’archéologue fit la découverte d’une salle funéraire à l’intérieur d’une pyramide. Le mystérieux sarcophage comporte des inscriptions en hiéroglyphes. Un des archéologues traduit une partie du texte comme : « n’ouvrez jamais ce sarcophage sans quoi, le monde sombrera dans une Apocalypse éternel ». L’archéologue en question, fut étonné du fait que l’Apocalypse était écrit avec un « A » majuscule et n’en compris pas le sens. Ces archéologues qui sont en fait des pilleurs de trésors ne prêtèrent aucunement attention aux textes et ne savent pas qu’ils viennent de réveillé un mal qui sommeillé là depuis les temps anciens, un mal bien plus terrible que les sept plaies d’Egypte et la Boîte de Pandore réunis. Préoccuper a remplir leurs sacs à dos de statuettes, d’or, de bijoux, de parchemins,… le sarcophage s’élève haut dans la pièce. Une lumière de couleur verte s’échappe de la dalle qui recouvre le sarcophage. La dalle se voit projeter sur un des murs et la lumière verte engloutit la salle.
A l’institut, Ororo raccompagne Moïra à la porte.
Vous pouvez repasser quand vous le voulé, l’école est ouverte tous les jours et … j’aurait aimer voir Charles lui dit-elle discrètement.
-Ho ! c’est encore trop tôt pour le moment lui répondit Moïra. Il est toujours dans un coma profond…mais…je vous appellerai dés que j’aurai du nouveau.
Deux minutes plus tard, une séance d’entraînement a lieu dans la Salle des Dangers.

[l’entraînement dure une heure dans la Salle des Dangers (Danger Room) et pendant ce temps, les élèves son en étude].

Une heure et dix minutes après, le groupe, composé de Logan (Wolverine), Ororo (Tornade), Hank (Beast), Kurt (Diablo), Piotr/Peter (Colossus), Kitty (ShadowCat), Bobby (Iceberg), et Warren (Angel), vient de finir une mission. Ils montent tous dans l’ascenseur puis arrivent, quelques secondes après, au rez-de-chaussée. Chacun s’apprête à aller prendre une bonne douche quand Ororo est interpellé par des images à la télévision. Les images montrent des tas de cendres dans un tombeau à l’intérieur d’une pyramide en Egypte…puis la caméra montre un sarcophage vide ainsi que des sacs de voyages, des sacs à dos remplis de bijoux, d’or, de statuettes, de parchemins,… .
La reporter qui commente les images explique que les pilleurs ont sûrement étaient surpris par quelque chose et qu’ils auraient pris la fuite après avoir vu cette chose. Reste à expliqué les nombreux tas de cendres. D’autres explications seront données quand les enquêteurs en sauront plus.
Un des élèves qui regardé le sujet depuis le début remarqua que ce qu’il venait de voir ainsi que les commentaires de l’envoyé spécial, ressemblait étrangement à l’histoire qu’Ororo avait raconté à ses élèves durant son cours, plutôt dans la matinée et l’interpella aussitôt pour le lui faire remarqué. Cette dernière, sous le choc, le regarda droit dans les yeux mais ne dit rien et pensa tout de suite qu’il fallait absolument qu’elle organise une réunion afin d’en discuté avec certains élèves et les professeurs. Elle aurait tant voulu en parlé à Charles, avoir son soutien dans un cas comme celui-ci. Car ce fait divers – pas si divers que cela - n’était que le commencement de ce qu’il pouvait arriver de pire aux X-MEN et au monde entier.
Durant la nuit, Tornade ne dormit pas beaucoup. Elle n’arrêté pas de penser et de repenser aux évènements diffusés aux information pendant la journée. Elle parvint tout de même à s’endormir peu de temps après. Le lendemain matin, elle donna quartier libre a une grande partie des élèves de l’institut, autrement dit, les plus jeunes et rassembla, dans la salle de cours où elle enseignait habituellement, les élèves qu’elle jugea apte à combattre et à comprendre les événements terribles qui allaient survenir dans très peu de temps. Elle leur raconta, à quelques mots près, la même histoire, que celle qu’elle avait raconté la veille à ses élèves. Après qu’elle eu finit son récit, certains restèrent bouche bée. Mais aucune question ne perturba le silence jusqu’ à ce que Logan et Hank le brisent en parlant de ce qu’il convenait de faire. Elle apprit à tous les élèves présents que Charles est bel et bien vivant, ce qui occasionna quelques étonnements et sursauts de la part de certains. Puis elle proposa à Hank de l’accompagner voir le professeur le plus tôt possible, dés que Moïra la préviendrait. Elle supplia Colossus et Logan de rester à l’institut, garder les élèves avec l’aide de Malicia, Bobby et Kurt si besoin est.
Au même moment, à la maison blanche, on apprend qu’un mutant, Forge, est retenu contre son gréer dans les bureaux de la maison blanche.

[Forge est capable de concevoir inconsciemment les plans de toute machine mécanique à laquelle il pense. C’est est un mutant indien, de la tribu des cheyennes, au talent créatif exceptionnel et qui aurait du devenir shaman de sa tribu avant qu'il ne s'engage dans l'armée. Il s'engagea lors de la Guerre du Vietnam, où il fut promu sergent. Le SHIELD l'approcha pour le recruter mais il refusa. Il possède également, outre la création intuitive, des connaissances dans les arts occultes et le mysticisme. Sa jambe droite et sa main droite sont des prothèses cybernétiques, équipées de divers capteurs, gadgets ou armes de sa conception. L’armée américaine le retenait en captivité jusqu'à aujourd’hui. Le gouvernement l’a convoqué à la maison blanche afin de lui proposer de travailler pour eux.]

Dans le bureau ovale de la maison blanche, un entretien entre deux personnes fait rage. Le Président des États-Unis d’Amérique, entouré de gardes du corps, d’un générale de l’armée américaine et du premier ministre, propose au mutant, assit sur une chaise en face du bureau du Président, de travailler pour eux.
-Si vous êtes d’accord nous nous engageons à vous réinséré dans la société sans conditions précisa le Président.
-Quels avantages ai-je à travailler pour vous ?
-Comme nous venons de vous le dire, vous serez réinséré dans le civil et ne ferez actes d’aucunes autres poursuites quelle qu’elle soit. En bref, en sortant de ce bureau si vous décider de contribuer à nos recherche vous serez clean. Votre casier judiciaire ne sera plus que du passé.
-Je veux des garanties gronda le mutant.
-Bien répondit le Président. Il adressa un regard au Premier Ministre. Ce dernier prit la parole.
-ahem… ! Ce travail consisterait à nous fabriquer des armes de pointe suite à la découverte d’un ennemi potentiel dont nous avons eu écho et dont parlaient les chaînes de télévision.
-Je ne suis pas d’accord ! hurla le mutant. Je préfèrerais mourir plutôt que de contribuer à une troisième Guerre Mondiale. Qui me dis que ce ne serait pas pour anéantir la race mutante. Nous ne vous avons rien fait qui nuise à vous jusqu'à présent. Seul Magneto qui faisait parti de la Confrérie des Mauvais Mutants était mauvais. Mais, au cas où vous ne seriez pas au courant, il a perdu son pouvoir depuis la dernière fois au laboratoire Worrthington. Je lis les journaux vous savez ? Il ne peu plus menacé ni nuire à qui que ce soit.
Le général essayant de le résonné, lui explique :
Ecoutez. Ce n’est ni contre vous, ni contre quel pays que ce soit que j’en ai. Comme vous venez de nous le dire, vous lisez les journaux n’est-ce pas ?
-Le mutant aquièce de la tête.
-Ce n’est donc pas contre vous, mutants, ou contre un autre pays que je veux me protéger mais bien contre ça.
Le Président montre au mutant, assit en face de lui, la première page d’un journal où figure une photo, en noir et blanc, du tombeau de la pyramide dont les informations ont parlaient, et le gros titre : « Qu’est-ce qui nous menace ? ».
-Ho ! soupir le mutant.
-Nous avons besoins de vos talents pour contrer un éventuel ennemi. Non pas un ennemi des États-Unis mais un ennemi du monde entier.
-Non, je ne collaborerais pas avec vous. Réfutant la proposition, il sort de la pièce. Sitôt passé la porte, le général le rattrape.
-Votre refus vous coûtera cher…mmmutant , bégaya-t-il. Cela vous coûtera très très cher. Vous ne vous en sortirez pas comme ça. Après ces quelques mots, le général claqua des doigts. Deux officier de l’armée étreignirent aussitôt le mutant et lui passèrent les menottes et le dirigent vers un ascenseur dérobé. L’un des deux officiers, après être monter, avec le mutant, dans l’ascenseur, appuya sur le bouton « L-3 » (pour Niveau -3). Moins d’une minute plus tard, en sortant de l’ascenseur, ils longèrent un long couloir et s’arrêtèrent brusquement devant une porte située sur leur gauche. L’un des deux officiers ouvrit la porte et poussa le mutant à l’intérieur d’une cellule plutôt sombre. Le mutant prit peur en voyant que la cellule était plongée dans l’obscurité, sans lumière, sans rien. Il essaya de se débattre, mais impuissants face à eux car menotté, il ne résista pas longtemps et se résigna à entré dans la pièce.
A cet instant, en fin d’après-midi, à l’institut, Ororo finit un cours d’histoire.
-Pour ceux qui veulent, dans une demi heure il y a un entraînement en Salle des Dangers. Si vous voulez y participer, inscrivez-vous comme d’habitude.
Malicia et Bobby se regardent mutuellement.
-Pyro me manque dit Malicia.
-Oui à moi aussi répond Bobby. Mais il a choisit son camp mainteant, si il veut revenir, se que je doute, il le fera. Mais là il ne reviendra jamais vers nous. Bon sinon, tu viens en Salle des Dangers tout à l’heure ?
-Malicia fait la grimace.
-Moi je viens. S’exclama Kitty en arrivant entre les deux tourtereaux toute exitée.
Allez-y tout les deux. Moi je n’ai plus rien à y faire en Salle des Dangers.
Bobby et Kitty se regardent mutuellement en faisant la grimace
Malicia a perdu son pouvoirs dans X-MEN 3. Un choix s’est proposé à elle :

[resté un mutant avec toutes les complexité que ça engendre ou bien accepté l’antidote (qui annule les effets du gène X) et devenir un humain à part entière ?
Malicia a choisit, elle a prit le vaccin pour pouvoir vivre son histoire d’amour avec Bobby].

Le soir venu, à la maison Blanche, le mutant, toujours emprisonné réussi finalement, à s’échapper de sa cellule ou il était retenu. Il parcouru les dédales du niveau où il se trouvait. Assomma quelques officiers militaires et gardes, circula haletant, dans les couloirs de la maison blanche. Une fois dehors, il court quelques mètres histoire d’être hors de portée des gardes il s’arrête derrière un mur et souffle. Heureux d’être enfin dehors, de pouvoir respirer l’air pure, il erre dans les rues de la ville pendant deux nuits, puis un soir trouva un journal où était écrit en gros titre « NO MUTANTS » (« Non aux Mutants ») MUTANT MENACE (« Les Mutants sont une menace »). L’article qui était plus développé dans les pages centrales du journal, le renseigne sur l’adresse de l’institut Xavier. Gardant le journal avec lui, il partit en recherche de cette école.
Le lendemain , à l’institut, la cloche retentit. Quelqu’un sonne à la porte. Ororo alla ouvrire. Moïra se présente. Elle lui annonce qu’elle peut venir avec elle à l’hôpital voir le professeur.
-Attendez une seconde demanda cette dernière. Ni une, ni deux, Ororo tendit le bras vers le porte-manteau à coté de la porte, prit ses affaires personnelles et emboîtât le pas à Moïra. Avant de fermer la porte, elle prévint Logan qui circulait dans le hall à l’affût du moindre élève qui ne serait pas en cours, qu’elle serait absente pour son prochain court et qu’il devrait la remplacée. Il n’eut de dire oui ou non que la porte s’était refermée. Dehors, Moïra attend Ororo dans sa voiture, stationnée devant la porte et franchissent le portail de l’institut. Au même moment Forge caché derrière un buisson attendant que la voiture passe tombe sous le charme d’Ororo en la voyant à travers la vitre de la voiture. Se remettant de ses émotions il se précipite à la porte d’entrée de l’école et sonne. Logan ouvre la porte à la volée et s’apprête à parlé pensant qu’Ororo avait oublié quelque chose mais trouve, sur le palier, un homme complètement essouffler, dont les vêtements sont en lambeaux. Plier en deux, se soutenant, les mains sur les genoux, il ne dit rien, mais montre le journal à Logan qui reste muet et tombe à terre. Logan effaré vient en aide à l’homme. Il lui prend le bras gauche pour le soutenir. L’homme qui n’en peu plus tombe de tous son poid. Logan qui le retient quand même lui dit :
-Hu-ho ! Doucement mon gars. On va s’occuper de toi. Logan qui fait rentré l’inconnu appèle à l’aide. Peter, ayant entendu les appels au secours de ce dernier depuis l’étage, descend l’escalier en toute hâte, arrive sur le palier. Logan lui dit d’aller cherché Hank. Peter prit l’homme dans ses bras, le soulevant comme une simple feuille de papier. Logan regarde Peter et lui dit :
-Ho, c’est bon, fait pas ton malin avec tes muscles organiques. Dés qu’il eurent trouvé Hank, ils amenèrent l’inconnu au sous-sol, en salle de soins intensifs.
Là Hank examine et diagnostique le patient. Logan qui attendait dehors, dans le couloir, pendant ce temps, voit la porte s’ouvrire au bout d’une demi heure d’attente. Hank, sortant de la salle de soins, rassure Logan que les jours de l’homme ne sont pas en danger. Qu’il était juste un peu essouffler mais qu’il n’avait jamais vu un mutant tel que lui. Hank, voyant que Logan ne comprend pas très bien où il veut en venir s’explique.
-Cet homme est un mutant lui dit Hank.
-OK répondit Logan. Il prend dans la poche arrière de son jean le journal que l’homme lui avait montré en arrivant tout essoufflé sur le palier.
-Difficile pour moi d’évaluer son niveau de catégorie mais son bras est une vrai machine de guerre.
-Comment ça ? demanda Logan.
-Viens, je vais te montré proposa Hank.
-Dans la pièce Hank alluma la lumière noire. Regarde bien, dit-il en montrant à Logan le bars gauche du patient.
-Heu,…prit peur Logan. Il risque pas de se réveiller brutalement au moins ?
-Non, non répondit Hank, je l’ai mis sous sédatif.
Un arsenal de pointe en métal organique comme Peter dit-il lorsqu’en pliant les doigts de la main en guise de point le bras se transforma, sous leurs yeux ébahis, en une sorte de machine.
-OK ! en gros, c’est un couteau suisse géant ce type ?
-Heu…oui si on veut répondit Hank sans le même humour en lançant un regard sérieux à Logan.
Ils sortirent de la pièce pour parlé de lui, mais… Au même moment une cloche retentit. Logan fit la grimace.
-Qu’est-ce qu’il y a ? demanda Hank surprit.
-Je doit remplacer Ororo pour son cours là grimaça Logan. Trouvant, cette situation embarrassante car il n’a pas l’habitude de gérer un groupe d’adolescents, il s’en va, les bras ballants, en direction de l’ascenseur. Circulant dans les couloirs de l’institut il tombe sur une classe plutôt agitée. Il sort ses griffes et fais crisser le tableau. Les élèves pris de cours, se bouchent les oreilles tout en grimaçant et se tortillant sur leur chaise car le son strident produit par les griffes en est insupportable. Sitôt avoir obtenu le silence, il demande :
-Vous avez qui comme professeur pour cette heure-ci ?
Un élève lève la main et se lève. Il regarde toute la classe et répond :
-Heu…on attend le professeur Tornade.
-Génial répondit Logan qui prit d’office la chaise du bureau et s’assit.
-Bon et bien, le professeur Tornade est absente pour cette heure. C’est donc moi qui vais la remplacé.
-Ooooh ! firent quelques élèves en se regardant tous.
-Ouaip, et tant pis pour ceux qui sont pas content répondit Logan. Dites-moi demanda-t-il. C’est quelle matière que vous êtes sensé étudié pour cette heure-ci ?
Un autre élève lui répond :
-Heu…on a un sujet d’art appliqué sur l’art abstrait à finir.
Logan levant les yeux au plafond lui répond :
-Super, ça pouvait pas mieux tombé.

[Après tout, Logan n’est-il pas professeur d’art ? (petit clin d’œil à X-MEN 2)*].

Pendant ce temps, Magneto qui erre en ville et passe la plupart de son temps au jardin public en jouant aux échecs a finalement était retrouvé par quelques membres de sa confrérie et invité à reprendre son poste de leader auprès d’eux. Il a établit son refuge et QG dans la forêt, où quelques temps auparavant il avait réunit ses troupes pour un affrontement face aux humains aidaient des X-MEN. Mystique, qui est resté loyal mentalement à Magneto, malgré le fait qu’il l’a abandonné (dans X-MEN 3) lorsqu’elle perdit son pouvoir, revient vers ce dernier, dans son quartier général (un bunker en pleine forêt) avec une étrange mallette. Elle ouvre une porte ronde qui semble être la porte d’entrée d’un bunker puis pénètre à l’intérieur et descend un escalier. Arrivée en bas des marches, elle se dirige vers son maître qui semble déjà savoir ce que contient cette mallette. Magneto lui ordonne de poser l’objet sur la table. Il essaie de l’ouvrire mais cette dernière ne fait que trembloter et ne s’ouvre pas. Voyant que visiblement son pouvoir sur le magnétisme a bel et bien disparu il lance un regard à la fois foudroyant et qui appel au secours, lui somme de l’ouvrire pour lui. La mallette contient des antidotes contre le vaccin anti-mutants. Contemplant avec émerveillement le contenu du présent, il lui demande bien gentiment de lui injecter une dose du sérum au plus vite. Mystique prend une seringue et lui en injecte une dose. Pris de léger tremblement il se contient et reste calme. Puis elle en fait de même sur elle. Les deux mutants « guéris », l’un essaie de contrôler un morceau de métal se trouvant dans la pièce (il referme la braguette d’un de ses sbires) pendant que l’autre tente de se transformer en clone d’une personne présente dans la pièce. Les deux mutants « guéris » sortent enfin de la pièce et se retrouvent au dehors, dans la forêt où une foule de mutants vénère leur maître. Magneto qui a réunit pour l’heure ses troupes pour sa nouvelle confrérie, a retrouver son pouvoir et annonce à son peuple son intention mais surtout son désir de prendre sa revanche dans la domination de l’espèce humaine.
Arrivées à l’hôpital, Ororo et Moïra circulent dans les couloirs, tout en parlant de l’état de Xavier, jusqu'à arriver devant la porte de la chambre de ce dernier. Ororo pleine d’émotion ose à peine pousser la porte de la chambre.
-Tout va bien Ororo. la rassure Moïra. Serrant les poings avec force et prenant assurance en elle, elle pénètre tout de même dans la chambre et voit un corps inanimé sur un lit. Arrivée à coté du patient, elle prend une chaise et s’assit. A peine eut-elle le temps de s’assoire que le corps allonger sur le lit marmonne non sans une claire distinction :
-Bonjour Ororo.
Stupéfaite de cet accueil Ororo prend la main du professeur, qui lui a tant appris, l’amenant à sa joue elle laisse jaillir son émotion. Une larme coule sur sa joue. Elle l’essuie d’un revers de la main. L’homme la rassure, la réconforte :
-Ne t’inquiète pas,…je vais bien… .
Plus loin dans la forêt en bordure du lac (où Cyclope retrouva Jean dans X-MEN 3) on aperçoit un rayon rouge qui transperce la forêt. On voit un homme qui court. Il court les yeux fermés. Ses habits sont à moitié déchiquetés. Il a les cheveux en bataille. Il se heurte aux arbres, se fait ralentir par des ronces, puis s’arrête net, l’oreille aux aguets. Il tourne de quelques degrés sur lui même et ouvre les yeux (on voit ce que voit ce personnage) puis les refermes aussitôt et reprend sa course. Un rayon surpuissant de couleur rouge vient de scier, transpercer, couper quelques arbres. Il arrive enfin à une route qui traverse la forêt. Il. il s’arrête brusquement ; il attend, puis, s’agenouille et se met à plat ventre puis colle son oreille gauche sur le goudron afin d’écouter si un véhicule approche. Il reste immobile en se relevant toutes les quinze secondes tendant l’oreille afin d’entendre si des bruits de moteurs de véhicules viennent dans sa direction. Un véhicule se rapproche. L’homme, qui s’est posté en plein milieu de la route lève les bras en guise d’appel au secours. Le véhicule est une voiture. Cette dernière s’arrête. Le bruit d’une fenêtre électrique retentit. Une voix de femme s’échappe de la fenêtre passagère de la voiture.
-Où allez-vous ? Que faites vous en pleine forêt ?
-Je ne sais pas ; je suis perdu ; j’ai perdu connaissance. Heu…pouvez-vous m’emmener ? demande-t-il un peu hésitant.
-Montez lui répond-elle brusquement.
Au manoir, Forge, qui s’est réveillé, raconte à Hank ses mésaventures. Alors que la sonnerie retentit Logan, qui avait prit son poste de professeur remplaçant, arrive quelques minutes après. Hank dit à Forge de se reposer encore une journée et que le lendemain il serai de nouveau sur pieds. Hank raconte alors à Logan, l’éprouvant parcours de Forge, en remontant en direction du hall d’entrée.
A l’hôpital, Ororo toujours en larmes, parle à Charles en compagnie de Moïra.
-Je pense qu’il est temps que je te parle franchement Ororo, commença le professeur.
-Charles… ?
-Oui, j’y ai songé plusieurs fois et maintenant je suis sûr. Pour le bien de l’école, du mien, et de celui de tous, je voudrais que tu prenne ma place en tant que directrice de l’école.
-Non Charles, tu ne peux pas. Ororo fondit en larmes a ces mots.
-Ecoute moi, lui dit-il, avant mon combat psychique contre Jean…et même pendant ce laps de temps, j’ai eu le temps d’y penser. J’ai songé à te passé le relais en temps que directrice de l’école. Cependant, j’ai également trouvé, avec l’aide de Cérébro (ordinateur surpuissant capable d'augmenter ses pouvoirs afin de localiser les mutants), quelques mutants en perdition, ou dans des foyers, ou encore maltraités dans leurs familles ou dans des familles d’accueil. Il faut absolument les secourir Ororo. Là dans mon état actuel j’en suis incapable. Je te demande de les trouvés pour moi.
-Oui Charles promit Ororo toujours en larmes.
-J’avais fais une liste. Cérébro doit l’avoir en mémoire. Mais tu en trouvera une dans le premier tiroir de droite de mon bureau.
-J’y veillerai personnellement conclu-t-elle.
Au même moment, sur une route du Massachussetts, en sortie de forêt, une voiture rejoint la ville. A son bord, deux personnes, une femme au volant et un homme, en passager, qui semble quelque peu déboussolé. La femme, à tâtons, lui palpe la main la plus proche et tout en fixant la route, la lui retourne, paume vers le ciel, et y dépose une barre chocolatée.
-Merci remercie le passager. L’homme dévore le présent avec un appétit d’ogre. Où est-ce qu’on se trouvent ? demanda-t-il.
-On arrive bientôt dans le Massachussetts lui répond-elle.
Un flash lui survient, il se voit au bord d’un immense lac avec une femme, en face de lui. Elle est vêtu d’une sorte de robe de couleur pourpre. Il ne sait pas qui elle est, ni ce qu’elle fait, mais il l’entend prononcer le nom de Scott. Revenant à la réalité en passager du véhicule, la conductrice, qui c’était arrêté sur le bord de la route l’avait étreinte entre ses bras afin de le calmer dans son hystérie devenu incontrôlable.
-Là, tout va bien, calme toi. Tout va bien…répétait-elle sans arrêt.
-Oui lui répondit-il. Ça va mieux lui dit-il en se remettant de son moment d’absence.
Cela la rassure un peu. Elle le relâche de son étreinte l’air quelque peu inquiète quand même, puis reprend le volant et démarre la voiture.
-Je m’appel Scott, lui dit-il pendant le trajet. A ces mots, elle sourit.
-Je me nomme Emma lui répond-elle. Il sourit à son tour.
Ça te dérange si je mets la radio un peu ? demande-t-elle au passager.
-Non non, pas du tout. D’ailleurs ça me fera sûrement du bien. Elle tombe sur la station d’information qui dit : « …et nous n’avons toujours aucune information concernant la mort des cinq pilleurs de trésors qui s’étaient fait passés pour des archéologues ».
Sur les paroles du reporter, Emma changea aussitôt de station, préférant la mélodie d’une chanson.
-C’est quoi cette histoire de pilleurs de tombe ? demanda Scott.
Emma, ayant baissé légèrement le volume de la chanson qui passée à ce moment là, lui dit :
-Ho ! je sais très peu de choses que j’ai glané ici et là sur cette étrange histoire. Mais je peu te dire ce que je sais.
-Ce sera déjà ça oui, sourit-il.
Elle lui raconta ce qu’elle savait à propos de cette histoire alors que la nuit approchait. Pendant la nuit, à l’institut, Kurt, suite à une nuit agitée, décide finalement de descendre dans la cuisine. Il est surpris, en entrant dans la pièce, Malicia est déjà assise à la table en train de boire une tisane parfum tilleul-citron.
-Salut. Lui dit-il
-Elle lui renvoie l’appareil dans un sourire.
-Je peux te tenir compagnie ? lui demande-t-il. J’arrive pas à dormir. Dit-il en grimaçant.
-Pourquoi pas ? lui réplique-telle.
Il prend, à son tour une tasse dans le placard afin de partagé une tisane avec elle. Il se décide à lui avoué certaines choses pensant qu’il est tant de mettre les choses au claire.
-Qu’est-ce qui te perturbe tant ? demande-elle.
-Ho, fait-il en avalant une gorgée de tisane bien chaude. Eh bien,…par où commencer ? réfléchit-il. Tu te souviens, il y a six mois quand je suis revenus ?
-Heu…réfléchit-elle. Oui, oui je crois oui.
-Eh bien, je ne t’ai rien dis mais durant mon voyage, j’ai appris beaucoup de choses sur moi…
-Ha, dit-elle.
-…mais pas seulement sur moi lui réplique-t-il.
Elle ne dit rien, mais exprime un étonnement.
-Si tu veux bien, je vais te raconté un peu mon voyage et les réponses que j’ai pu avoir sur moi…et sur toi.
-Comment ça sur moi ? lui demande-t-elle ?
Durant mon voyage, en quête de réponses à mon propos, je suis arrivé dans un village où j’ai pu obtenir rapidement quelques renseignements. Il ne me resté plus qu’a trouvé un cirque en périphérie de ce village. Quand je l’eu trouvé je ne m’attarda pas trop et décida d’y alla directement. Après tout, je venais de loin, et je voulais des réponses. A l’entré de ce cirque tzigane, un clown m’indiqua, que la personne que je recherché, se trouvait dans la roulotte de l’autre coté de l’entrée. Dés que je fut arrivé devant, une forte appréhension me pris, je souffla un bon coup, puis pris mon courage à deux mains, monta les premières marches, et passa la porte. Quand je fus entré, une vieille femme me tendit les mains que je pris aussitôt. La vieille gitane sourit et m’invita à m’asseoir, apparemment consciente du long trajet que j’avais parcourus. A peine commençai-je à parler de l’objet de ma venue, qu’elle me coupa la parole et me répondit qu’elle savait pourquoi je venais.
-Depuis le temps,…j’espéré vivement te revoir mon petit. Mais…que tu as grandit, que tu es beau, grand et charmant.
Puis, elle alla directement au but.
-Bonjour, je suis ici pour…
-Je sais que tu es venu pour avoir des réponses. Me coupa-t-elle. Est-ce que je me trompe ? demanda la voyante.
-Non, lui fis-je de la tête.
-Bon et bien je vais allé droit au but alors. Répondit la gitane. Tu es né ici, à Winzeldorf. Quelques heures après ta naissance je t’ai découvert. et t’ai l'adopté et introduit dans ce petit cirque Bavarois. Même si l'adoption n'était pas valide aux yeux de la loi, je t’ai adopté et considérée comme mon propre fils. Toi et moi, Kurt, Kurt, c'est le prénom que je t’ai donné, nous nous considérions comme mère et fils. Je t’es élevé au même titre que mes propres enfants. Ma fille Jimaine qui possède des pouvoirs équivalents aux miens mais à une moindre échelle, et mon fils Stefan qui te terroriser.
Ne se souvenant en rien de cela, Kurt exprima une interrogation.
-Comment ? dit-il.
-Oui, Stefan intervenait dans tes rêves et te torturé mentalement. Arrivé à l'adolescence, tu découvris tes dons : une agilité surhumaine, la capacité de voir et de devenir presque invisible dans l'obscurité, le pouvoir de te téléporter à l'endroit que tu désirais, ainsi que des réflexes impressionnants. Mais malheureusement, ton aspect extérieur et tes pouvoirs te faisait souvent passé pour un démon aux yeux de la population locale. C’est pourquoi à l’époque j’avais eu l’idée de t’introduire dans ce cirque. Là au moins tu pouvais passer inaperçu. Tu as grandis heureux dans ce cirque, crois moi. Tu devins même rapidement acrobate, ce qui te permis d'exercer un métier aux vues des gens sans problèmes, mais plus que ça encore, tu devins la coqueluche du cirque. Tu étais adulé par le public. Et oui ! Le public prenait ton apparence pour un costume. Plus tard, Arnos Jardine, un riche millionnaire débarquée du Texas, arriva en proposant à des artistes du cirque de le rejoindre en Floride. Tu fera partie des rares à partir. On m’appris, qu’a ton arrivée là-bas, Jardine t’administra une substance anesthésique et qu’on t’a enfermé dans une roulotte à barreaux pour te présenter comme attraction de ménagerie. Drogué, tu ne pu te téléporter. Par chance, un jeune garçon nommé Philippe te libéra car ayant reconnu un frère mutant. Après que t’ai menacé Jardine pour que son mode de direction change et permette aux artistes désireux de partir de pouvoir le faire, tu revins ici, à Winzeldorf. En effet, Jimaine, t’avais fait part de sa terreur dans une lettre. Votre frère, Stefan, semblait "différent". Devenu fou (en fait possédé par un démon du nom d'Essain), tu le trouvas juste après qu'il eu assassiné plusieurs enfants. Alors qu'un dernier enfant était sur le point d'être achevé, tu tuas ton frère en lui brisant le cou, mais, réalisant la promesse que tu lui avais faite quelques années plus tôt (s'il devenait mauvais, tu devrai tout faire pour le neutraliser) tu jugeas que tu l’avais tué pour son bien et celui de tous. C'est à ce moment que la foule haineuse, te prenant pour un démon, s'attaqua à toi. Je ne pouvais rien faire contre la horde de paysans qui te menaçait. Ils étaient sur le point de te massacrer, quand un homme connu sous le nom de Professeur Xavier, qui t’avais trouvait télépathiquement grâce à un ordinateur puissant afin de te recruté dans son école d’être aux facultés étranges comme toi, stoppa psychiquement les paysans et leurs fit oublier d’une pensée le fait de s’en prendre à toi. Quand il m’a contacté, je lui ai fait entièrement confiance. C’est pour cela que je t’ai demandé de quitter le village et de trouver refuge dans une église jusqu'à ce qu’il te trouve. Je n'appris que plus tard la vérité et te tiendra, un certain temps, responsable de la mort de Stefan. Mais le plus important, je suppose que c’est pour cela que tu es là, pour toi, est de savoir non pas d’où tu viens, mis qui sont tes véritables parents.
-Ya. Kurt acquiesça de la tête.
La gitane, en larmes, lui raconta ce que sa mère biologique avait enduré pour que le bébé vive, pour le protéger, le sauver de la population qui rejetée la différence.
-Tu es le fils de Raven Darkhölme, reprit Margali, plus connue sous le nom de Mystique. Mais ta mère due t’abandonnée, en te jetant dans une chute d'eau alors qu'elle était poursuivie par des paysans pour avoir mis au monde "le démon".

[Il se retrouvera face à elle dès ses débuts chez les X-Men, (dans X-MEN 2) mais il faudra quelques années pour qu'il la reconnaisse enfin].

Il semblerait que ta mère soit d'origine Autrichienne. Mais tu aurais apparemment plus qu'une mère.
-Quoi ? demanda Kurt.
-Oui, ta mère n’est qu’une partie de ta famille. Seulement…je n’en sais pas plus.
Elle me guida sur la piste d’une femme qui se serait liée d’une forte amitié avec Mystique il y a des années. Cette femme serait la seule personne assez proche d'elle. Elle s’appellerait Destinée, et serait ou aurait été sa meilleure amie. Margali griffonna, sur un morceau de papier, la dernière adresse où cette Destiné résiderait et me donna ce papier.
-Alors,…qu’en pense-tu ?
La jeune fille encore sous le choc ne sait que dire. Elle finit sa tisane d’une gorgée et se verse à nouveau un peu d’eau chaude puis pousse un soupire.
-Moi ce que j’en dis (elle avale une gorgée de tisane encore chaude)…c’est que demain matin à la première heure on va aller tout les deux chez cette Destinée. Car toi autant que moi somme concerner par ce qu’on apprendra d’elle.
Au même moment, à l’institut, Forge après un bref rétablissement se trouve à parlé dans le salon avec Logan et Hank quand la porte d’entrée s’ouvrit. Ororo qui revient de l’hôpital ne voit personne dans les couloirs ni dans le halle ou encore dans la salle de jeux. Elle se dirige instinctivement dans le salon.
-Bonjour ! dit-elle en entrant dans le salon et tendant la main à l’invité qui la lui serre avec vigueur mais sans trop lui écraser les doigts. Forge reconnaissant la femme qu’il avait aperçu en voiture lorsqu’il arriva dans la résidence, fut pris d’une bouffée de chaleur. Logan expliqua brièvement la venue de Forge à l’institut à Ororo afin qu’elle ne sois pas trop larguée. Après avoir écouter attentivement les péripéties de l’invité, Ororo lui souhaita la bienvenue à l’institut.
-On pourrait peut-être lui proposer le poste de professeur que tenait Scott non ? proposa-t-elle sans un sourire mais plutôt une larme qui coula le long de sa joue.
-Mmmoui ! On le mettrait à l’enseignement de la mécanique. Pourquoi pas ? questionna Hank.
Ces paroles mirent un peu l’enthousiasme à plat. Mais après tout, Logan se dit que puisque Scott n’était plus là, qui d’autre mieux que Forge pourrait enseigner cette matière.
-OK ! OK ! approuva finalement Logan.
Kurt et Malicia se levèrent en même temps et descendirent à la cuisine prendre un petit déjeuner pour le moins rapide afin de partir assez vite en quête tous deux de réponses sur leur passer respectif. Il la trouvèrent dans une maison de retraite. Grâce à l’inducteur d’image que le Professeur Xavier lui avait donné, il pu entrer dans l’établissement, en compagnie de Malicia, sans encombre ou incident majeur. Quand une infirmière les mena jusqu'à la chambre de la femme en question, Kurt hésita un instant en restant telle une statue devant la porte que l’infirmière avait entrouverte.
-Qu’est-ce qu’il y a ? demanda Malicia la main sur la poignée de la porte.
-Rien. Je ne sais pas. Un pressentiment. Mauvais ? Bon ? Je ne sais pas. Aller, entrons se décida –t-il finalement.
Une voix, qui résonna dans la pièce, ordonna à Kurt et Malicia de refermé la porte derrière eux. Sans plus attendre, Kurt s’exécuta et referma la porte avec délicatesse.
-Ne parlez pas leur la vieille femme. Je sais pourquoi vous êtes ici et qu’ils recherchent,… .
Je suis une mutante, tout comme vous deux. Je suis ici pour passé une fin de vie calme et tranquille alors ne me troublez pas s’il vous plait. Je me suis fais passé avant mon arrivée ici pour une vieille dame aveugle, sans histoire, afin de brouillé les pistes et me suis gardé de parlé à quiconque de ma condition mutante, hormis le fait que je soit réellement aveugle. Alors s’il vous plait, quand vous partirez, je vous prierais de garder ce secret pour vous. Les deux jeunes mutants répondirent oui en chœur.
La vieille dame, aveugle, leur demanda de ne pas l’interrompre. Je m'appelle Irène Adler, je suis de nationalité Autrichienne comme votre mère biologique.
A ces simples mots, Kurt et Malicia se regardèrent interloqués.
Je suis également voyante, comme ta mère adoptive Kurt. J’ai fait partie de la Confrérie des Mauvais Mutants dont Magneto était…hum, est le leader et dont Mystique, hum…votre mère, fait partie. J’ai entretenu une relation avec votre mère à ses débuts lorsqu’elle travaillée en tant que terroriste. C’est l’un des membres fondateurs de la Confrérie des Mauvais Mutants. C’était le soldat le plus fidèle à Magnéto et le meilleur de ses espions. Elle entretenait des liens étroits avec lui jusqu’a partagé une longue histoire. Mutante métamorphique, elle a la peau bleue, comme toi, ainsi que des allures reptiliennes. A ces mots, Kurt se souvient d’une mutante qu’il avait croisée quand il s’était allié avec les X-MEN. Ils avaient dû se liée à ce Magneto et a une femme qui l’accompagnée. Cette femme, à la peau bleue lui tenait lieu de bras droit. Elle avait des allures reptiliennes et pouvait changée d’apparence jusqu'à même modifié sa voix. Elle l’avait d’ailleurs bluffé quand elle fit une imitation de sa voix à lui. Ces souvenirs revenu en mémoire, il fut attentif aux prochaines révélations de la vieille femme. Mystique a toujours été une adepte de l'espionnage, du double-jeu et du terrorisme international, ayant pour but de protéger les mutants contre le racisme, et quelques fois de prendre le pouvoir au nom de ses frères de race. Elle est experte en arts martiaux, maniement des armes, espionnage informatique, opérations infiltrées et opérations spéciales. Elle est capable de changer de forme, elle peut modifier l’agencement des atomes et des molécules de son corps pour altérer son apparence. Elle peut ainsi imiter à la perfection n’importe quel humain, homme ou femme, jusqu’à sa voix, ses empreintes digitales et ses empreintes rétiniennes. Je dois également t’apprendre que tu as un demi-frère qui s’appelle Graydon Creed. Il est né durant la Guerre Froide. C’est, sous les traits de l'espionne Leni Zauber, que ta mère séduisit Victor Creed. Quand un enfant naquit de cette histoire sans lendemain,, elle le plaça en orphelinat mais garda un œil sur lui durant toute sa jeunesse.
Quand il découvrit qu'il était le fils de deux mutants, il éprouva une haine immense contre la race mutante. Il y a quelques temps, il créa les Amis de l'Humanité, un groupe politique s'opposant aux droits civiques des mutants, et provoquant secrètement des attentats contre les sympathisants des mutants. Il basa sa politique sur le principal danger mutant, Magneto. Concernant le père de Graydon, Victor Creed ; autrement dit, ton ex beau-père, plus connu sous le pseudonyme de Dent-de-Sabre. Il faisait partie quand je l’ai connu de la Confrérie des Mauvais Mutants. Tu as également une sœur adoptive qui est ici présente.
-Continuez s’il vous plait. Supplia Kurt.
-Quand à toi jeune fille, tu porte le fardeau d'un pouvoir mutant que tu appelle « une malédiction » dit la vieille femme en s’adressant à Malicia. Si ta peau touche celle d'une personne quelle qu’elle soit, tu absorbes toute la mémoire et les connaissances de la personne en question, en laissant celle-ci dans un état qui peut être un simple étourdissement ou un coma profond suivant l'intensité du contact. C’est bien ça ? demanda la vieille femme.
-Oui. Marmonna Malicia.
-Sur une personne dotée de capacités surhumaines, tu acquiert et même soustrait ses capacités à ta victime. Le transfert (mémoriel ou autre) peut être temporaire ou définitif.
Malicia l’air hébéter ne dit rien mais au moins elle aurait appris quelque chose sur ses pouvoirs auxquels elle avait renoncer.
-Oui jeune fille, dit Destinée comme répondant à l’étonnement de Malicia. J’en connais sur toi que toi même. Mais pourquoi donc à tu renoncer à eux ?
-Hé bien…Malicia ne trouvait pas les mots pour le dire. Je ne voulais pas gâcher une histoire d’amour pour des stupides pouvoirs. Je ne les ai jamais voulu dit-elle prit de colère.
-« Gâcher une histoire d’amour » ? « Je ne les ai jamais voulu ». Repris Destinée d’un ton plus colérique. Ha, en voilà une bonne tien ! Tes pouvoirs étaient un don jeune fille, et non pas une malédiction comme tu le sous-entendais.
-Sache qu’un grand malheur est sur le point d’arriver petite. Et il faudra que vous soyez unis. Vous aurez besoin de toute l’aide que vous pourrez trouver. Même si cela doit aller jusqu'à vous allier avec de mauvais mutants.
-Quoi ? encore s’allier avec Magneto ? demanda Malicia.
-Non, non. Pas cette fois-ci jeune fille. Magneto a, certes, retrouvé ses pouvoirs, ainsi, que votre mère, mais ce n’est pas avec lui qu’il faudra mener le combat nooon.
Les deux mutants se regardèrent mutuellement, d’un air interrogateur.
-Mais alors qui ? demanda Kurt.
-Dans l’ancien temps, on l’appelé En-Sabah-Nur.
Encore une fois Kurt et Malicia se regardèrent.
-Mais aujourd’hui on peut l’appeler : Apocalypse.
En ce qui me concerne, ma fille et mon gendre sont décédés, je n’ai qu'un petit-fils, Trevor Chase, comme famille encore vivante. Pour ce qui est de ma condition,…hum hum… mutante, je possède le pouvoir de prédire les événements futur, à un niveau purement personnel. Pour tout vous dire, je connais même l'heure de ma propre mort.
Elle se penche vert sa table de chevet, tire le tiroir et en sort un petit carnet. Toutefois, j’ai écris plusieurs carnets comme celui-ci. Dans ces carnets sont recensé tous les grands évènements que j’ai prédis avant d’être dans cette pitoyable hum…hum…hum…maison pour vieux hum…hum…hum… dit-elle dans une forte elle toux. Ces prédictions sont, d’après moi authentiques. Par exemple, une des prédictions des plus importantes est en rapport avec votre demi-frère Graydon. Il prévoit de se présenter à la présidence. Hors, durant un gala où il visera la Maison-Blanche, il sera abattu par un assassin qui se trouvera être sa propre mère, et donc la votre. Elle commettra cet acte afin de venger mon petit fils, Trevor Chase, qui sera, peu de temps avant, victime d’une agression perpétré par Les Amis de l'Humanité qui l’attaqueront sauvagement.
Tu as une grande famille jeune homme, sans parler de ta famille d'adoption : la gitane Margali et ses deux enfants.... . En effet, ta mère, bien des années après, t’avoir abandonnée sous le courroux des paysans, décida d’adoptée une jeune enfant qui aurait fuit ses parents et sa maison. Oui, oui, c’est bien de toi que je parle Malicia.
Elle lui répondit de continuer son récit. Tu découvrit tes pouvoirs à l'adolescence, lorsque tu absorba entièrement la conscience de son petit ami Cody en l'embrassant. Arrête-moi si je me trompe hein ?
Ce baiser a faillit lui être fatal. Depuis ce jour, il est dans le coma. Terrorisée par ce que tu avais fais, tu t'enfuit alors du domicile familial et vécut dans la rue jusqu'à ce que tu sois trouvée par Mystique et moi-même. Nous te prédire un futur important. Nous essayâmes alors de t’enrôler dans la Confrérie des Mauvais Mutants. Tu pris peur et t’enfuit. Tu voyagea en faisait de l’auto-stop et tomba un jour sur un certain Logan, plus connus sous le pseudonyme : Wolverine. Tu arrivas à l’institut Xavier avec lui alors que vous subire ensemble une attaque de Dent-de-Sabre qui avait agit sous les ordres de Magneto. Cependant, vous fur sauvés par l’intervention de Cyclope et Tornade que vous connaissez, maintenant, très bien. Magneto voulais te récupérer, Malicia, car ton pouvoir lui aurait été bien utile sinon primordial dans ses plans de domination de, selon ses propres termes, l’ « homo sapiens » ; autrement dit, de l’espèce humaine. Car, vous n’est pas sans savoir que, Magneto considère le mutant comme supérieur à la race humaine et emploi le terme d’ « homo supérior » en parlant du mutant.
Magneto prévoyait de te transférer son pouvoir afin d’alimenter une machine qui transformerait les humains en mutants. Malicia qui revivais la scène dans sa tête acquiesça. Magneto avait conçu sa machine, qui étaient capable de transformer un humain en mutant. Il ignorait que la transformation était mortelle à moyen terme. L'utilisation de cette machine étant épuisante pour lui, il savait qu'il ne survivrait pas à son emploi à grande échelle. Il te captura Malicia pour faire le travail à sa place car tu pouvait lui prendre temporairement son pouvoir. J’ai appris que Xavier n'est jamais parvenu à t’aider à maîtriser parfaitement bien tes pouvoirs, que tu as fini par considérer comme étant une malédiction puisqu'ils t'empêchent d'avoir le moindre contact physique direct sans conséquences désastreuses avec quelqu’un. Il suffit d’un simple contact physique avec un mutant, et tu peux absorber temporairement les souvenirs et les pouvoirs de celui-ci. Lorsque le contact a lieu, la personne touchée tombe inconsciente. Par un contact léger, tu peux deviner les pensées d'une personne, et par un contact prolongé, tu peux même absorber toute la personnalité de cette même personne. J’ai su, par ailleurs, que tu t’éprenais d’un jeune mutant qui avait le don de créer et de maîtrisé la glace. Je pense que ce jeune garçon est bien pour toi mais à mon avis, cela ne durera pas bien longtemps ; tu tomberas vite amoureuse d’un autre garçon, un mutant lui aussi, qui aura beaucoup de charme. Il me semble toutefois que dans un futur lointain tu finiras par canaliser et maîtriser enfin, totalement tes pouvoirs.
Alors que Scott se trouve toujours en voiture avec la dénommée Emma, la voiture continue sa route, pour arriver en ville. Après avoir traversé la ville, la voiture qui continue son trajet en dehors de la ville, arrive finalement non loin d’une propriété. Le véhicule passe le portail d’une résidence et arrive devant le palier d’une bâtisse de ce qui s’emble être une demeure familiale.
Elle sort de la voiture la première.
-Ne bouge pas je viens t’aider dit-elle.
-OK ! répond-il les yeux fermés, impuissant, et obéissant en restant assis.
Elle fait le tour de la voiture, ouvre la portière du coté passager.
-Tu peux sortir maintenant.
Elle l’invite à descendre en lui prenant le bras.
-Où somme-nous ? demanda-t-il.
-Je dirige la Massachusetts Academy.
-Ha, oui ? répondit Scott surpris. C’est une école ?
-Oui, une école pour… pour enfants surdoués.
Puis, ils passèrent la porte d’entrée.
Hank se trouve dans le salon. Assit sur l’un des sofas qui comblent la pièce il observe, ses lunettes sur le bon de son nez, un morceau de papier. Logan et arrive qui circule, comme à son habitude désormais, dans le hall d’entré et les couloirs de l’institut passe devant le salon. Il revient sur ses pas. Puis restant dans l’encadrement de la double-porte du salon il demande à Hank :
-Tout va bien Einstein ?
-Hein ? fit Hank surprit.
Il leva ses yeux du morceau de papier et regarda Logan planté comme un piquet au niveau de la double-porte.
-Est-ce que ça ? lui redemanda Logan en pénétrant dans la pièce et s’approchant de son ami.
-Heu…oui oui, tout va bien. Lui répondit ce dernier
-C’est juste ce morceau de papier qui m’intrigue quelque peu. Lui avoua Hank.
-Hein ? fit Logan
-Oui, répondit Hank à l’intention de ce dernier. Quand j’ai examiner ce pauvre Forge, j’ai trouvé ce morceau de papier dans la poche de sa chemise.
Il tend, le papier à Logan, entre deux doigts. Ce dernier l’examine à son tour et demande :
-Qui est ce Mr Sinistre ?
-Je n’en ai aucune idée affirma Hank…mais je ne vais pas tardé à le savoir.
-Quoi ? s’exclama Logan.
-Oui. Forge doit rester ici. Il ne doit absolument pas sortir d’ici. Je vais lui remettre ce papier dans sa chemise et j’irais rendre une petite visite à ce Mr Sinistre à sa place.
-Je viens avec toi dit subitement Logan dans le feu de l’action.
-Non, toi tu restera ici pour garder l’école avec Peter et Warren.
-Bien ! se résigna Logan un peu déçu mais gardant la tête haute car qui mieux que lui pourrait défendre un lieu comme cette école ?
-Je partirai rendre visite à notre Sinistre homme – dit Hank dans un léger rire - demain matin à la première heure. Je compte sur toi pour garder l’institut comme tu le fais si bien depuis quelques jours. Dit Hank en rigolant une deuxième fois.
Logan lui lançant un sourire qui n’en était pas un.
Pendant la nuit, à quelques kilomètres de là, dans le repère de Magneto.
-Mes frères ! s’exclama Magneto à sa confrérie. Un grand danger menace notre monde selon les dires. Je compte bien savoir qui est ce menaçant individu. Et pourquoi pas m’associer avec lui dans notre projet de domination de « l’homo sapien ».
-Mais…commença à parler Mystique. Magneto la coupa, ne voulant pas qu’elle gache son discours.
-Nous avons perdu une bataille mais la guerre, …NOUS ALLONS BIENTÔT LA DÉCLARÉE ! acheva Magneto.
Il se retourna vers Mystique, lui lança un regard perçant. Puis baleya du regard Pyro, Dent-de-Sabre et Crapaud.

Le lendemain matin, Hank se leva de bonheur. Il était7h30 quand il prit un petit en compagnie de Logan. Il parti


LA, J’AI UN TROU, J'AI PAS ENCORE BIEN REFLECHI A C’QUE J’VAIS METTRE POUR COMBLER CE VIDE…

-Je vais te raconter mon histoire, si tu daigne m’écouter bien sûr, répondit celui-ci. Jadis, je m’appeler Nathaniel Essex ; j’étais, en 1850, un scientifique anglais. En 1859, le généticien que j’étais, se considérait comme l’égal de Charles Darwin. A cette époque j’ai rencontré un mutant né esclave au temps de l’ancienne Égypte. Il m’apprit son nom : En-Sabah-Nur. Il me raconta qu’il avait été le conquérant de cette ancienne Egypte. Mais il était plus connu sous un nom bien mieux adapté qui reflétait le calvaire de ses victimes : Apocalypse. Après une hibernation millénaire, il a voulu asservir le monde de cette époque et a cherché en moi, un allié pour atteindre son but. Il me proposa de me délivrer des chaînes de la faiblesses, de la morale auxquelles je m’accrochais à l’époque. En échange, il m’offrait la chance d’achever mon travail, de voir des choses insensées, d’inaugurer une nouvelle ère, de me donner toute puissance. Je serais libérer du joug de la moralité humaine. Ma réponse fut un grand OUI face à un dilemme comme celui-ci. Je subi une opération quelques temps après, une opération. Mon corps changea. Il était fort et malléable à la fois, de la glace, comme qui dirait, béni coulait dans mes veine, la clarté inondait mes yeux. Le scientifique, Nathaniel Essex, que je fut, celui que la morale empéchait d'atteindre à ses objectifs, d’accéder aux sommets du savoir,…ce Nathaniel,… était mort.
-Haaaw ! poussa Hank
-Mister Sinistre était né ! conclu Sinistre. Oui, dit Sinistre, en devinant ce que voulait dire Hank. Je fus changé en cette « créature » par le mutant immortel : Apocalypse.
-Haaaww ! Nom de dieu poussa Hank. A ces mots, il craint le pire et pensant que le commencement de ce qui pouvait arriver de pire au monde était imminent. Continue, lui ordonna-t-il.
-J’eu plusieurs identités continua Sinistre ;. notamment celle du Dr. Milbury. Je travaillais avec certains scientifiques de l'époque : Kurt Marko, Irène Adler, que tu connais je pense,…
-Non fit Hank pris d’un semblant de peur.
-…et pourtant continua Sinistre…il y avait aussi le Dr Ryking et le Dr Xavier, ainsi que son serviteur Jakob Shaw. Conclu Sinistre.
-Haaaw ! poussa Hank.
-Je continue, si tu veux bien, s’impatienta Sinistre de se faire interrompre à chaque révélation. En secret, mon projet visait à implanter dans le corps des enfants de mes partenaires ma propre carte génétique. En cas de décès, une machine cyclique lancerait un réveil du code de cette carte génétique, me permettant de revivre, à partir de ces enfants.
-Quel monstre es-tu devenu Nathaniel ? demanda Hank impuissant.
-Non, Nathaniel n’existe plus, je suis SINISTRE ! gronda ce dernier.
-Ho, ça oui tu l’es répondit Hank d’une voix étouffée que Sinistre entendu mais ne releva pas.
Durant la Seconde Guerre Mondiale, continua-t-il d’un voix mielleuse, j’ai travaillais pour le Troisième Reich, sous l'identité d'un scientifique. Le mutant Long Couteau travailla dès lors pour moi.
C'est lui qui stimula les pouvoirs du Monolithe Vivant, pour le compte d'Apocalypse, en me greffant secrètement certains gènes du jeune mutant Alex Summers.
-Quoi ? le frère de Scott ? demanda Hank.
-Oui.
-Il est …vivant ?
-Après la mort de leurs parents, les deux frères furent séparés, et Alex ne montra aucun signe de mutation avant de se faire capturer par Ahmet Abdol, plus connu sous le nom de : Monolithe Vivant répondit Sinistre tout naturellement.
-Donc, tu serai peut-être à l'origine des pouvoirs de certains mutants puissants. Acheva Hank .
-Eh bien,…réfléchit un instant Sinistre, mes plans ont toujours été secrets, mais je sais,…ou du moins, je crois savoir, qu'ils me lient aux frère Summers. J’ai vu mourir l’homme qui a été mon ami et mentor. Mais si je vieillissais, plus lentement, je vieillissais quand même. Ce qui m’a fait douter de l’assurance d’immortalité d’Apocalypse. J’ai réaliser que mon maître incarnait l’expression ultime de la théorie de Darwin :La survie du plus fort ». Rien n’était gratuit. Tout avait un prix. Je devais me montrer digne de ce qu’on m’avait promis. M’appuyant sur les travaux de Gregor Mendel, j’ai révolutionné le clonage humain et perfectionné le processus afin de créer un double de moi-même jeune et, grâce aux pouvoirs d’Apocalypse j’ai pue transféré la totalité de ma psyché dans mon nouveau corps. Ainsi, Sinistre renaissait de génération en génération. Apocalypse avait prédit une ère sanglante où la grandeur humaine côtoierait ma plus terrible déchéance. Le 20ème siècle en a été l’illustration parfaite. Tramant dans l’ombre, je me suis efforcé de façonner l’avenir des hommes et, de plus en plus de la « sub-espèce » naissante : les mutants. Sans me soucier de la nature de mes acolytes, visionnaires, rebelles ou monstres. Après tout, j’avais vu le meilleur et le pire de l’humanité incarné en mon maître. Les autres créatures, plus médiocres, ne signifiaient rien pour moi. Mais avec le temps, le mot… »maître »…a commencer à m’irriter. Et les qualités qui avaient séduit Apocalypse, m’ont amenés à penser que je pouvais le renverser. Pour y parvenir, il me fallait un corps non altéré par ce dernier. Facile pour quelqu’un qui avait décanté une fiole de sang et une large sélection de cellules de Nathaniel avant ma transformation en Sinistre. Mais je savais que Nathaniel, homme si brillant fut-il, ne pouvait rivaliser avec Apocalypse. Je n’étais pas né mutant. J’étais un simple humain. Cependant, cette fois ce serait différent. J’ai créé un clone supérieur doté des mêmes pouvoirs que ceux qui avaient croisé ma route. J’étais alors, égale à mon maître. C’était un plan parfait, un plan de géni.
-Je doit l’admettre oui. Avoua Hank.
-…jusqu'à ce que ça déraille.
-Hein ? Comment ? demanda Hank surpris par le géni de cet homme.
-Oui, ancien esclave, Apocalypse, avait prévu le coup. Il se préparait lui aussi. Avec l’aide de la guilde de la Nouvelle-Orléans (voleurs et assassins) ses agents ont ravi le bébé et l’ont remis au maître des voleurs : Jean-luc LeBeau. Ce dernier l’a élevé comme son propre fils. Rémy LeBeau connu plus tard sous le nom de Gambit était né. Je ne l’ai jamais revu depuis. Mais il faut que tu sache que…
-Oui ? interrogea Hank.
-…sur le plan génétique, Gambit et Scott sont demi-frère. J’ai doté Gambit des rafales de Cyclope. Avec lui et une des filles Grey…Jean ou Rachel…je ne sais plus…j’ai les composants-clés de l’évolution humaine.

En rentrant au manoir, Hank se mit

baal39

Messages : 42
Date d'inscription : 08/07/2010
Age : 31
Localisation : Secteur 379

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum